PRINCIPES DE BASE FRAME applique les principes de base suivants :   La valeur du risque d'incendie est calculée par compartiment, généralement d'un seul niveau.  S'il y a plusieurs compartiments au même étage ou plusieurs niveaux avec un compartimentage horizontal, il y a lieu de faire le calcul pour chaque compartiment et pour chaque niveau, ou au moins pour les compartiments les plus représentatifs ou dangereux. Cette approche permet de mettre en évidence les conséquences de l'existence ou absence d'un compartimentage. Cela est particulièrement important pour des bâtiments du type industriel où les risques d'incendie peuvent être très divers entre compartiments. Pour chaque compartiment, il faut faire trois calculs, correspondant à trois objectifs de sécurité. Le premier calcul vise la sécurité du bâtiment et son contenu, le deuxième la sécurité des personnes qui l'occupent, et le troisième calcul pour la protection de l'activité (économique) qui se passe dans le bâtiment. A chaque calcul correspond un "scénario " différent, car les facteurs d'influence ne jouent pas de la même façon pour le risque "biens" que pour le risque "personnes" ou pour le risque "activités", et les moyens de protection donnent des résultats différents pour chaque aspect du risque.   La valeur du risque est définie comme le produit Probabilité P x Exposition E x Gravité G.   R = P x E x G Cette approche est comparable à la méthode Kinney, qui est souvent utilisée pour analyser les risques liés aux postes de travail. Cette méthode donne un indice de criticité du risque calculé à partir du produit des scores de probabilité de survenue d'une conséquence délétère (probabilité d'occurrence), de fréquence d'exposition et de gravité de cette conséquence.  Une approche similaire se trouve à la base des méthodes d'analyse pratiqués pour garantir la sécurité des machines comme la norme EN954-1 et repris par la nouvelle norme EN ISO 13849-1. Comme l'incendie est essentiellement un danger discontinu, cette approche à trois indices est plus correcte et préférable à l'approche plus simple qui ne considère que gravité et fréquence, comme le profil de risque. Dans la méthode FRAME les trois aspects probabilité, exposition et gravité sont définis différemment que dans la méthode Kinney, ce qui donne une formule différente, mais le raisonnement est pratiquement le même. Ces calculs sont faits avec trois séries de facteurs d'influence. La gravité du risque considère l'étendue possible des conséquences. Le calcul est fait avec une série de facteurs et le résultat est nommé le " Risque Potentiel ". Ce terme est repris de la méthode Gretener. Les Risques Potentiels P pour les biens, P1 pour les personnes et P2 pour les activités sont définis comme des produits du facteur de charge calorifique q, du facteur de propagation i, du facteur de géométrie horizontale g, du facteur des étages e, du facteur de ventilation v et du facteur d'accessibilité z. Chacun des ces facteurs composants est calculé avec une série de sous-facteurs qui évaluent en plus de détail la situation existante. Le Risque Acceptable A. La composante " exposition " E de la méthode Kinney est remplacée par la valeur 1/A (A = Risque Acceptable) dans la méthode FRAME, comme le risque d'incendie est moins acceptable quand l'exposition est plus grande. Le terme Risque Acceptable est aussi repris de la méthode Gretener. Les Risques Acceptables reflètent le fait que l'homme accepte un certain niveau de risque, tant que les conséquences ne soient pas irréversibles, ce qui est le cas quand l'exposition est limitée. Les Risques Acceptables A, A1 et A2 sont calculés avec le facteur d'activation a, le facteur temps d'évacuation t, le facteur de contenu c, le facteur d'environnement r et le facteur de dépendance d. Chacun de ces facteurs est aussi calculé à l'aide d'une série de sous-facteurs. Le Degré de Protection D. La composante " probabilité " P de la méthode Kinney est remplacée par la valeur 1/D (D= Degré de Protection) dans la méthode FRAME, car la probabilité que les conséquences graves d'un danger se réalisent est plus grande quand le niveau de protection disponible est moindre. Les Degrés de Protection D, D1 et D2 sont calculés avec le facteur des ressources en eau W, le facteur de protection normale N, le facteur de protection spéciale S, le facteur de résistance au feu F, le facteur de fuite U et le facteur de sauvegarde Y. Chacun de ces facteurs est aussi calculé par une série de sous-facteurs correspondants aux mesures de protection disponibles. L'évaluation du risque. La formule de Kinney Risque = Probabilité P x Exposition E x Gravité G se transcrit donc dans l'approche FRAME comme :   R = P / (A * D) pour les biens (bâtiment et contenu)   R1 = P1 / (A1 * D1) pour les personnes   R2 = P2 / (A2 * D2) pour les activités.   Les valeurs attribuées aux facteurs sont à l'origine définies par la méthode Gretener qui visait un calcul d'un taux de prime d'assurance. C'est pourquoi toutes les valeurs pratiquées se situent autour de 1, ce qui donnerait un taux de 1 ‰ pour un bâtiment avec une bonne protection contre l'incendie. La méthode FRAME a repris cet équilibre mathématique, ce qui mène à l'appréciation suivante :  " Dans un compartiment bien protégé, les trois valeurs R, R1 et R2 sont égales ou inférieurs à 1 ".   Cette équilibre entre risque d'incendie et la protection qu'on retrouve dans "FRAME" est similaire à ce qu'on peut attendre dans une habitation moderne de construction incombustible dans une zone urbaine: Le dommage causé par un incendie peut être limité à la pièce d'origine, il n'y aura pas de victimes (sauf la personne qui est à l'origine de l'incendie) et on peut reprendre son activité après le temps nécessaire pour le nettoyage et les réparations. Statistiquement ce niveau de risque correspond à la moyenne Européenne de 5 morts par année par million d'habitants et un dommage matériel en cas d'incendie grave de l'ordre de 10% du compartiment sinistré.