Bâtiments spéciaux. Application de FRAME pour des atriums. L'évaluation du risque d'incendie avec FRAME pour des atriums et des compartiments avec plusieurs planchers (duplex, triplex) demande un peu d'explication, afin d'arriverà une évaluation correcte. On doit toujpurs veiller à employer la valeur la plus pertinente pour l'évaluation du risque. En principe, on tient compte de la surface supplémentaire des planchers des mezzanines et étages partiels dans le facteur des étages e, mais il y a d'autres facteurs qui sont affectés dans un atrium. Facteur q, charge calorifique. Pour la charge calorifique immobilière , il faut tenir compte de tous les éléments constructifs: si les planchers sont construits sur un support en bous, il faudra augmenter la valeur de qi en conséquence.   Pour la charge calorifique mobilière, il faut vérifier si les biens qui se trouvent sur une mezzanine sont protégé par rapport au biens au sol, par exemple si la mezzaninea un plancher en béton.   En principe on peut prendre la charge calorique caracttéristique de chaque niveau séparé en prendre la valeur la plus haute comme la plus significative pour l'ensemble. Mais si la charge calorifique se trouve sur des planchers ouverts (caillebotis) , de façon que le feu se propagera à travers le placher, il vaut mieux additioner les charges calorifiques pour le calcul de q, au lieu de considérer les sous- étages comme surface supplémentaire dans le calcul du facteur e. Facteur de géométrie g Pour l'évaluation du compartimentage, on part en principe d'un étage complet d'un bâtiment. Quand il y a dans un bâtiments à appartements plusieurs habitations sous-compartimentées entre eux , mais situées au même étage, et asservis par les mêmes accès et chemins d'évacuation, il faut les prendre ensemble comme un seul compartiment, si non on obtient por les facteur g et t des valeur très basses et/ou inutilisables. le fait du sous-compartimentage entre les habitations est pris en compte dans les facteurs F et U. Mais quand un étage est divisé en deux ou plusieurs compartiments, de sorte qu'une évacuation ver un compatiment voisin est possible, on peut évaluer les partes d'étage comme des compatiments séparés. Facteur d'étages e. Pour obtenir un calcul correcte, il faut toujours prendre le plancher avec la surface la plus grande comme niveau d'accès. Si un compartiment est composé d'un petit rez-de chaussé et un étage plus grand, il faudra situer l'accès (pour l'évaluation du risque) au niveau le plus grand. La superficie des mezzanines est ajouté au numéro de l'étage sous forme d'une valeur décimale (pourcentage de la superficie de l'étage le plus grand) ce qui augmentele numéro de l'étage. La règle est : devant la virgule: le numéro de l'étage et après la virgule : le pourcentage de superficie supplémentaire, éventuellement plus de 100 % . Pour un étage au niveau d'accès 0, avec liaison vers un souterrain 90 %) et un plancher supérieur (90%) cette règle donne pour le numéro d'étage 0 (accès) + 0.9 (souterain) + 0.9 (étage) = 1.8 (donne e = 1.34)   Facteur de ventilation v. pour le facteur de ventilation v on prend pour un étage simple la hauteur moyennne entre le plancher et le plafond pour définir l'espace libre où une couche de fumées menaçante peut se créer. Pour un atrium ou un duplex, il faut tenir compte de la hauteur entre le plafond et le plancher le plus haut d'oùil faut pouvoir s'enfuir par l'intérieur du compartiment.   Quand on peut quitter les mezzanines directement, on peut prendre en compte la hauteur totale de l'atrium. Attention: Le logiciel n'accepte pas des hauteurs d'atrium de plus de 15 m, dans ce cas il faut introduire "15 m" comme valeur pour le calcul. Facteur d'accessibilité z. Le même raisonnement est valable pour la différence de hauteur d'accès :   Comme "niveau plancher" de l'atrium, on prend le plancher le plus haut dans le compartiment atrium où les pompiers doivent venir pour des actions de sauvetage et/ou d'extinction. Dans la fig.2 la galerie supérieure ne compte pas, parceque on peut directement sortir du compartiment, mais dans la fig.3 3 il faut prendre la galerie comme niveau plancher. De cette façon les facteurs e, z, et v prennent en compte le risque plus grand de la situation de la fig.3 Application de FRAME pour des bâtiments étroits et profonds. Dans la version 2.0 du logiciel de FRAME, il n'y a pas de différence entre un bâtiment qui est accessible par une façade longue (bâtiment 2) et un qui ne peut être accédé par une façade étroite ( bâtiment 1). Il est pourtant clair que le risque doit être considéré comme plus grand pour le bâtiment étroit et profond. Ce problème était résolu de la façon suivante : La valeur à considérer pour l (longueur théorique) est en réalité la longueur de façade, c.à.d. quand le bâtiment est accessible du côté long , on prend ici la longueur théorique, mais quand on ne peut accéder par le côté court, il faut utiliser la largeur equivalente. La valeur qu'il faut employer pour b est en fait la profondeur du bâtiment , vu du chemin d'accès. L'application de cette règle assurera que les valeurs de g et z reflètent correctement le risque. FRAME 2008 prévoit le choix entre bâtiment long et bâtiment étroit, et inverse automatiquement les deux valeurs dans le calcul du facteur g. Evaluation d'étages du type LOFT avec FRAME. Une situation particulière où il faut prendre certaines précautions est l'évaluation du risque d'incendie pour des étages du type loft, qui se trouvent en retrait de la façade et qui font partie d'un duplex. Pour l'évaluation du compartimentage on part en rpincipe d'un étage complet. Des habitations sous-compartimentées asservies par les mêmes chemisn d'accès et d'évacuation sont à considérer comme un sel compartiments, les lofts sont pris en compte comme partie décimale du numéro d'étages. Dans l'esquisse ci-joint, les services de secours peuvent accéder aux bâtiments par plusieurs côtés, mais pour le bâtiment à gauche, le niveau 4,5 est seulement accessible par un seul chemin, donc il faut dans la formule du facteur z, prendre Z = 1 pour reflèter l'aggravation dur risque.   Dans certains cas, par exemple des étages plutôt petits, cela ne changera pas le facteur z, ce qui signifie que l'aggravation du risque par l'accessibibilité reduite reste négligeable.